/>
44 rue des Côtes, 78600 Maisons-Laffitte
Disponible aujourd'hui de 9h à 18h
06 35 78 07 31
Isabelle Louis-Ponsing
Coach scolaire
 
44 rue des Côtes, 78600 Maisons-Laffitte
 
Disponible aujourd'hui de 9h à 18h
 
06 35 78 07 31

Faut il plus de féminin dans nos vies?

A l’occasion de cette semaine qui a démarré avec la journée internationale de la femme, j’ai eu envie de revenir sur un concept qui a été pour moi important : le féminin sacré. Il a d’ailleurs fait l’objet de nombreux articles et livres ces derniers mois.

De quoi parle-t-on ?

Ce terme évoque cette énergie féminine, cette ressource que nous avons tous en nous, capable de nous propulser aux sommets. Le féminin sacré exprime une sagesse ancestrale. À l’heure où de nombreuses femmes subissent le poids de leur environnement, le féminin sacré les incite à se libérer en renouant avec leur énergie mentale et physique.

Dans les temps anciens, le féminin sacré était respecté, les connaissances et les sagesses des femmes étaient reconnues. Puis la femme s’est vu perdre le droit d’exercer des rituels sacrés, ses dons étaient diabolisés, sa magie niée, ses connaissances rejetées et les sociétés ont fini par bafouer tout ce que la femme portait de sacrée. Aujourd’hui, et ce depuis quelques années, l’énergie féminine se réveille.

Les hommes aussi peuvent éveiller leur féminin sacré, puisque chaque individu, indépendamment de son genre, est animé par une énergie féminine (le yin), qui apporte la douceur, l’écoute, l’accueil, la sensibilité, l’intuition, l’inspiration, la créativité, la sagesse, la force intérieure, la spiritualité et une énergie masculine (le yang), qui représente l’affirmation, l’audace, la vigueur, la force, l’action.

La direction que chacun·e donne à sa vie crée un déséquilibre. Ainsi, les hommes qui n’ont jamais développé leur côté féminin auront du mal à exprimer leurs émotions, leurs peurs, ou à être intuitif. En rétablissant l’harmonie entre les deux, un nouvel équilibre se crée dans le quotidien.

Le féminin sacré propose d’écouter son corps, son intuition, son cœur, pour retrouver toute sa puissance et s’accomplir. C’est un art de vivre, un chemin initiatique qui encourage à devenir soi-même. Eveiller son féminin sacré permet se sentir plus entier.e, heureux.se et apaisé.e, mais surtout aller «au bout de soi», de ses désirs et de ses rêves.

Pourquoi une montée du féminin sacré maintenant ?

C’est certainement en lien avec ce qui pousse tout un chacun à se relier au besoin d’épanouissement, le dernier et le plus haut des besoins de la Pyramide de Maslow. Les grandes avancées du siècle dernier nous ayant permis de naître avec une partie de nos besoins déjà accomplis, nous pouvons chercher à réparer nos blessures, à être pleinement nous-même, à réaliser nos rêves.

Quels sont les obstacles qui empêchent de développer son féminin sacré ?

  • Rejeter son passé et les épreuves difficiles vécues : ces expériences font de vous la personne que vous êtes aujourd’hui. Se relever de l’expérience douloureuse, c’est se libérer d’un frein vers la quête du féminin sacré.
  • L’environnement est dominé par le Yang, nous vivons dans un monde dans lequel la sensibilité est dévalorisée : la faiblesse, les larmes, les émotions ne sont pas les bienvenues.
  • L’éducation crée un stéréotype : une femme doit répondre à des critères spécifiques : mince, sans poils, pas de muscle, hyper sexualisé…
  • La rupture du lien avec son “soi intérieur” :  il est facile de penser qu’on aime quelque chose ou que l’on en a envie sans que cela soit vrai pour autant.

Pour se connecter à son féminin sacré, il est nécessaire de se déconnecter…

  • des réseaux sociaux qui véhiculent le rôle que la société nous a assigné
  • mais aussi du regard de l’autre auquel nous accordons trop d’importance au point de nous conformer en termes d’apparence, d’image sociale, dans le but de plaire.
  • choisir la solitude, à l’occasion d’une retraite, pour quitter ce monde à cent à l’heure pour retrouver son rythme à soi, pour se détacher des normes et des obligations…

… Pour nous reconnecter à nous-même :

  • Tout d’abord, il faut écouter son corps, écouter ses envies. Personne ne sait pour nous, nous sommes la personne la mieux placée pour nous conseiller, nous guider et nous accomplir
  • Il faut comprendre que “faire” n’est pas le principal, et qu’"être” est ce que chacun·e doit choisir en premier
  • Se respecter, apprendre ce que l’on aime réellement
  • Avoir d’abord réparé son histoire personnelle de femme, mais aussi son histoire transgénérationnelle ; se libérer de ses anciennes émotions en se libérant des entraves du passé et en pardonnant à ceux qui nous ont nui ou à se pardonner soi-même
  • Accepter ses erreurs car elles ont apporté certaines prises de conscience capitales pour la poursuite de votre vie.
  • Ne pas chercher à ressembler aux hommes ni se sentir inférieure, mais simplement être heureuse d’être femme avec tout ce que cela entraîne (menstruations, maternité, ménopause...) sans honte.

Fions-nous à notre intuition

Le féminin sacré fait appel à l’intuition qui transite par le corps. Au quotidien, face à une situation ou une décision à prendre, comment notre corps réagit il ? Il frémit, se tend, se braque, s’ouvre ? Notre corps «sait» ce qui fait sens pour nous. Se connecter à son intuition c’est rompre avec la raison.

Stimulons notre énergie créatrice

Pour éveiller son féminin sacré, osons créer ! Nous avons le pouvoir de créer, de mettre notre énergie féminine au service de notre art… écriture, peinture, danse, chant …. On écrit, on peint, on danse… On lâche le mental, les pensées incessantes, pour laisser notre corps et notre intuition s’exprimer.

Et le masculin sacré ?

Les deux forces cohabitent en nous, le yin et le yang, l’intuition et l’action, nous pouvons développer notre masculin sacré en plus de notre féminin sacré et ce peu importe que l’on soit un homme ou une femme ! Notre masculin sacré, loin de toute notion de performance ou de compétition, nous invite à passer à l’action, grâce à notre audace, notre vigueur, notre force extérieure. Il est lié au monde physique, quand le féminin sacré est relié au monde subtil.

Le masculin et le féminin sacrés sont complémentaires, fonctionnent ensemble… et nous aident à devenir nous-même. Le féminin sacré a un rôle de guide, alors que le masculin sacré un rôle de protecteur.

Alors oui, il faut plus de féminin dans nos vies pour que l’harmonie soit rétablie dans le monde.

Quelques lectures :

  • Ame de sorcière d’Odile Chabrillac
  • Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
  • La puissance du féminin de Camille Sfez
  • La femme tambour de Layne Redmond
  • Le grand livre du Féminin sacré de Josée-Anne Sarazin-Côté.

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Institut Cassiopée

Connexion