/>
44 rue des Côtes, 78600 Maisons-Laffitte
Disponible aujourd'hui de 9h à 18h
06 35 78 07 31
Isabelle Louis-Ponsing
Coach scolaire
 
44 rue des Côtes, 78600 Maisons-Laffitte
 
Disponible aujourd'hui de 9h à 18h
 
06 35 78 07 31

Le 13 janvier, journée nationale de l'hypersensibilité

La journée nationale de l’hypersensibilité a été lancée en 2019 à la suite d’une pétition créée par Saverio Tomasella, psychanalyste et écrivain (A fleur de peau : le journal initiatique des hypersensibles et Hypersensibles : trop sensibles pour être heureux ?).

20% de la population serait hypersensible, mais de quoi parle-t-on ?

De vous en train de renifler discrètement devant le film de Bambi, en espérant que votre enfant ne s’en rende pas compte ?

En fait il s’agit d’une sensibilité et de réponses émotionnelles plus élevées que la moyenne qui peuvent être provisoires ou inscrites dans la durée. Les hormones (par exemple liées à la grossesse) ou un choc émotionnel peuvent nous rendre temporairement plus sensible à notre environnement.

Mais cette forte réactivité à une stimulation et cette grande émotivité peuvent aussi simplement faire partie de notre « tempérament ».

Très souvent aussi, nos réactions émotionnelles peuvent paraitre disproportionnées à notre entourage. Ce qui peut être difficile à vivre tant pour la personne hypersensible, que pour son entourage.

Ça se soigne docteur ?

L’hypersensibilité n’est pas une maladie, donc cela ne se « soigne pas ».

Et il ne faut pas oublier qu’au-delà des aspects « négatifs » (phobies fréquentes, sentiment de peur et de panique ou larme facile), il existe aussi de nombreux aspects positifs : une capacité d’analyse des choses plus profonde, une intuition plus développée et les hypersensibles sont réputés plus polis !

Cependant, cette hypersensibilité et cette hyperémotivité pouvant être difficiles à assumer, des thérapies peuvent être bénéfiques pour traiter certains effets, comme la phobie et l’angoisse. Mais en aucun cas, on ne peut traiter directement l’excès de sensibilité.

Comment mieux vivre son hypersensibilité ?

Le plus important n’est-il pas de permettre à l’hypersensible de s’accepter, de vivre avec son excès de sensibilité et de l’assumer ?

Car ce n’est pas un vilain défaut, qu’il faudrait camoufler, mais plutôt une façon de percevoir le monde différente de celle de la majorité. Et pour mieux vivre ensemble, le mieux c’est d’expliquer à son entourage notre façon singulière de percevoir le monde, afin de mieux vivre notre forte émotivité

Alors vous l’aurez compris, je fais partie de cette « catégorie » de personnes et si pendant des années cela a été un lourd fardeau à porter, aujourd’hui, c’est ce qui me permet d’être particulièrement empathique et sensible à la souffrance d’autrui. Et tous les jours je suis pleine de gratitude pour cette particularité qui me permet, en tant que thérapeute, de vous accompagner au plus proche de vos émotions.

Et oui, quand ma fille me demande « Bah maman tu pleures ? » je lui réponds en souriant « Ben oui, tu me connais, je ne peux pas m’en empêcher ! »


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Institut Cassiopée

Connexion